ALERTE :

    Les raisons du faible taux de participation à la Présidentielle au #Bénin - Les Pharaons

    MVI_4753.00_01_41_15.Still003
    Dans une tribune publiée sa Page Facebook, l’analyste politique Jean Eudes MITOKPE explique les raisons du manque d’engouement constaté le 11 avril dans les bureaux de vote au Bénin. Contrairement aux commentaires qui tendent à faire croire que Patrice Talon serait désavoué par le peuple, le journaliste expose trois faits majeurs qui ont plombé le taux de participation.

    Il n’y a pas eu de carnage , c’est l’argent qui n’a pas circulé
    Au premier tour de la présidentielle du 10 mars 1991, avec 115 partis politiques, le Bénin a connu un taux de participation 56%. 30 ans plus tard avec 6 partis politiques, et quatre fois moins de candidats, j’ai été surpris par les conclusions hâtives, d’une élection dite « gagnée contre le peuple ».
    Au lendemain du 11 Avril 2021, les chapelles politiques qui ont appelé au boycott , ont tôt fait de clamer victoire. Les béninois auraient fait un sacré pied de nez à Patrice Talon. Il s’agit d’une lecture erronée des faits, compte tenu du contexte actuel. Bien évidemment, les raisons du manque d’engouement sont ailleurs, même si une grande partie de la presse internationale avance des chiffres non encore officiels, mais toutefois proches de la réalité.
    Premièrement, le nombre de candidats. D’une trentaine il y a 5 ans, le Bénin est passé est à 3 candidats. Un élément majeur qui est la conséquence directe de la réforme du système partisan, et qui a pesé dans le décompte final. Habituellement, la foire aux candidats permettait à tout le peuple béninois, de se sentir concerné par la fête des élections. Six béninois sur dix, pouvaient garder un gadget à la fin de la campagne.
    Deuxièmement, l’hypocrisie collective feint ne pas tenir compte du rôle de l’argent dans cette élection. La corruption électorale à la veille du scrutin n’a pas eu lieu. Le « porte à porte », qui n’est rien d’autre que l’achat de conscience, vise à donner entre 500 et 2000 Francs FCA aux électeurs selon les régions, contre leur suffrage. Des bidons d’huile, et du riz étaient distribués pour impliquer l’électeur, et obtenir son vote. Cet argent aurait permis aux différents candidats de faire un score plus lourd, et du coup, crédibiliser l’élection du 11 avril. Mais le Bénin a amorcé une nouvelle ère.
    Troisièmement, il y a la menace terroriste qui a empêché de nombreux citoyens d’aller voter. Les machettes, gourdins et fusils de chasse, sortis à la veille des élections, par les partisans du parti Les Démocrates et leurs alliés, n’ont guère rassuré nos compatriotes de la partie méridionale. L’objectif était d’empêcher la tenue de l’élection, au mieux saboter le taux de participation. Mais l’armée a fait échec à la manœuvre et le carnage prévu n’a pas eu lieu.
    Au Bénin, les élections qui se déroulent sous tension ont toujours connu un faible taux de participation. La présence de militaires armés, et des chars qui ont patrouillé le 11 avril ont enfin plombé le taux de participation.
    En conclusion, Patrice Talon sera élu avec un faible taux certes, mais continuera à bénéficier de la confiance du peuple qui d’ailleurs n’hésite pas à reconnaitre que son bilan n’a pas d’égal depuis 1960. Dans deux ans, les législatives qui s’annoncent seront déterminantes.
    JEM

    Equipe Les Pharaons



    Qui sommes-nous?

    Les PHARAONS est  un  quotidien béninois paraissant au Bénin , disponible également dans une  version en ligne.

    Fondé depuis 2004, le journal paraît pour la première fois la même année mais s’arrête à 8 numéros seulement.  Il sera repris en 2014  avec une équipe de jeunes journalistes rompus à la tâche.


    Contactez-Nous

    Appelez à tout moment