ALERTE :

    Bénin/Présidentielle 2021 Le gouvernement rejette tout dialogue avec « les terroristes » - Les Pharaons

    IMG-20210415-WA0070-740x357

    Cyrille LIGAN

    Négocier avec les « terroristes », est-ce une option pour mettre définitivement fin aux violences qui ont éclaté dans le nord et le centre du Bénin durant les dernières semaines ? Lors d’une conférence de presse ce jeudi, le porte-parole du gouvernement a jugé qu’un dialogue n’était pas possible avec des « terroristes hypocritement déguisés en hommes de paix ». Alain Orounla a exprimé le souhait du gouvernement et du Chef de l’Etat à dialoguer « même avec les esprits les plus têtus ». N’empêche, « on ne peut pas dialoguer avec des criminels », souligne le ministre de la communication.

    Jusqu’ici, le gouvernement de Patrice Talon s’est montré disponible à l’ouverture de pourparlers avec tous les acteurs politiques ainsi que les membres des organisations de la société civile. Mais avec les « terroristes », le ton est ferme et sans appel. « L’autorité de l’Etat ne se bâcle pas. L’Etat ne cède pas au chantage. On ne peut pas cautionner cela. Nous opposons la légalité à l’anarchie et le désordre, la fermeté de l’Etat au chantage et au terrorisme », a sèchement résumé Alain Orounla avant d’ajouter : « le gouvernement n’est pas fermé au dialogue, mais nous ne dialoguerons pas avec des terroristes ».

    Un condensé de la position défendue par le Chef de l’Etat depuis quelques mois après l’interpellation par la justice de certaines personnalités politiques soupçonnées de commanditer des meurtres et des violences dans le cadre des élections présidentielles. Des appels au dialogue avaient alors été lancés à l’endroit du gouvernement. Reste que, pour le ministre Alain Orounla, « quand vous avez en face un terroriste, quand dans un pays où nous réclamons tous la démocratie, vous prenez des armes, il n’y a plus de dialogue », estime-t-il indiquant que « tous nos différends et nos différences doivent être vidées dans le cadre d’un dialogue pacifique ». « Nous discutons tous les jours avec des gens qui partagent nos opinions, avec des gens qui ont des opinions contraires aux notre, mais quand il y a des armes de guerre, quand il y a des criminels, des meurtriers, c’est les lois de la république qui s’occupent d’eux », conclut-il.

    Dios CHACHA



    Qui sommes-nous?

    Les PHARAONS est  un  quotidien béninois paraissant au Bénin , disponible également dans une  version en ligne.

    Fondé depuis 2004, le journal paraît pour la première fois la même année mais s’arrête à 8 numéros seulement.  Il sera repris en 2014  avec une équipe de jeunes journalistes rompus à la tâche.


    Contactez-Nous

    Appelez à tout moment