ALERTE :

    #Bénin/Présidentielle 2021 Réforme du Code électoral, Les constats des avancées qui donnent raison à Talon - Les Pharaons

    talform

    Le dimanche 11 Avril dernier, s’est déroulé au bénin la première élection présidentielle depuis la relecture du Code électoral en Novembre 2019. Ce scrutin aura permis au peuple béninois de reconfirmer, s’il en était encore besoin, sa maturité après plus de trois de décennies de démocratie. Mais cette septième élection présidentielle après le retour du renouveau démocratique en 1990 aura surtout permis de constater la pertinence des réformes politiques initiées par le président Patrice Talon.  Il s’agit surtout de la réforme du système partisan, de la relecture du Code électoral qui ont débouché sur le bannissement progressif du rôle de l’argent dans le jeu électoral et une visibilité des offres politiques des candidats à la magistrature suprême au Bénin.

    Il y a manifestement eu plus de peur que mal. Dans un contexte politique tendu, le Bénin a pourtant réussi à organiser le premier tour de l’élection présidentielle du 11 avril dernier dans une climat sécurisé et pacifique. Le pire était à craindre, voire annoncé, à s’en tenir aux menaces et velléités des tenants de l’immobilisme qui n’ont pas trouvé leurs comptes dans les réformes, pourtant indispensables au développement du Bénin. Le scrutin s’est bien déroulé dans 533 arrondissements. Dans 13 autres par contre, le Gouvernement et la Commission électorale ont annulé la tenue du scrutin afin de préserver la paix. Les partisans de Komi Koutché et de Boni Yayi ont recruté des mercenaires et des chasseurs armés pour y semer le trouble. Hormis cela, les observateurs, à l’unanimité, ont salué la transparence du scrutin.

    La deuxième remarque à l’issue de ce scrutin est relative à la qualité de la campagne électorale. C’est en effet pour la première fois que le Bénin expérimente l’élection présidentielle avec un duo de candidats aux postes de président de la République et de vice-président de la République. La relecture du Code électoral a eu le mérite de réduire de façon nette le nombre de candidats à ce scrutin. De 13 en 1991, 7 en 1996, 17 en 2001, 26 en 2006, 14 en 2011 et 33 candidats en 2016, le Bénin est passé à 3 duos de candidats en 2021. Ainsi, les trois duos Patrice Talon-Mariam Chabi Talata, Corentin Kohoué-Iréné Josias Agossa et Alassane Soumanou Djimba-Paul Hounkpè ont battu campagne avec les partis politiques qui les soutiennent dans une ambiance festive ; sans insultes ni attaques personnelles.

    Cette campagne électorale s’est beaucoup basée sur le programme de société des tickets présidentiels. Les électeurs ont été sensibilisés à faire leur choix sur la base des projets de développement et non des billets de banque pour acheter leur conscience. L’argent, notamment dans la pratique du porte-à-porte, n’a pas du tout circulé. A tel enseigne que de nombreux électeurs, qui pensaient que cette forme de corruption était légale s’en sont plaint. Pour une fois au Bénin, le rôle de l’argent n’a pas été déterminant dans une élection présidentielle.

    Reste à pérenniser ces bouveaux acquis afin de faire de l’élection présidentielle un véritable débat d’idées et non un règne de l’argent. Il convient tout de même de saluer la vision du Président Patrice Talon, l’initiateur de ces réformes tant contestées. Et inviter les réfractaires à rejoindre le peuple dans son irréversible marche vers le développement.

    Dios CHACHA



    Qui sommes-nous?

    Les PHARAONS est  un  quotidien béninois paraissant au Bénin , disponible également dans une  version en ligne.

    Fondé depuis 2004, le journal paraît pour la première fois la même année mais s’arrête à 8 numéros seulement.  Il sera repris en 2014  avec une équipe de jeunes journalistes rompus à la tâche.


    Contactez-Nous

    Appelez à tout moment