ALERTE :

    #Bénin/Agriculture Nouvelles mesures d’exportation des noix de cajou, le Conec-Bénin au cœur du dispositif - Les Pharaons

    Screenshot_20210709-190550_WhatsApp

    Les acteurs impliqués dans la commercialisation des noix de cajou et dérivés du Bénin vers l’étranger devront désormais se soumettre à des contrôles aussi bien à la collecte, à l’achat qu’à l’exportation. De nouvelles mesures réglementeront désormais l’exportation des noix de cajou et amandes du Bénin. Péniel Fanou, président du Conseil national des exportateurs de cajou (Conec-Bénin), explique que ces nouvelles règles ont été établies pour permettre aux exportateurs de profiter de la qualité du cajou du Bénin, l’une des meilleures au monde. Il est revenu sur le rôle du Conec-Bénin dans ce nouveau dispositif. Le contrôle des noix de cajou destinées à l’exportation est systématique et doit se faire désormais à trois niveaux : le contrôle à la collecte, le contrôle à l’achat et le contrôle à l’exportation. Le contrôle à l’achat est réalisé par les inspecteurs de l’Abssa sur tous les sites officiels d’achat en gros. Mais, c’est le Conseil national des exportateurs de cajou (Conec-Bénin) avec à sa tête Péniel H. Fanou, en collaboration avec l’Interprofession de la filière Anacarde (Ifa), qui définit les sites retenus. Revenant sur la pertinence des nouvelles mesures, l’opérateur économique explique que c’est au regard de certaines anomalies notées dans le processus d’exportation, et également dans le souci de réduire les cas de rejet des produits causant d’énormes pertes aux acteurs de la filière, que lesdites mesures ont été édictées. A en croire Péniel H. Fanou, toute exportation de noix de cajou et ses dérivés à partir du Bénin et au départ du port de Cotonou est conditionnée au respect des mesures précédemment énoncées. L’opérateur devra, non seulement être enregistré auprès de l’Agence béninoise de sécurité sanitaire des Aliments (Abssa) et du Conseil national des exportateurs de cajou (Conec-Bénin), mais aussi se soumettre aux trois niveaux de contrôles de qualité physique des noix et des emballages tels que définis et obtenir les certificats requis. Quant aux documents officiels nécessaires pour l’expédition d’un lot de noix de cajou et de ses dérivés, le président du Conec explique que dorénavant, toute exportation de noix et amandes de cajou à partir du Bénin est conditionnée à la présentation aux services des Douanes, des documents officiels à savoir le certificat d’origine, le Bordereau de livraison (Bl), le certificat de poids, le certificat sanitaire, le certificat de qualité « A », le certificat phytosanitaire et l’attestation de fumigation. « L’exportateur est responsable de la qualité du produit qu’il exporte. Mais les contrôles officiels sont nécessaires pour protéger l’image et l’économie du pays, conclut-il.

    Dios CHACHA



    Qui sommes-nous?

    Les PHARAONS est  un  quotidien béninois paraissant au Bénin , disponible également dans une  version en ligne.

    Fondé depuis 2004, le journal paraît pour la première fois la même année mais s’arrête à 8 numéros seulement.  Il sera repris en 2014  avec une équipe de jeunes journalistes rompus à la tâche.


    Contactez-Nous

    Appelez à tout moment