ALERTE :

    Bénin/Enseignement supérieur Deux réformes pour améliorer la gouvernance universitaire - Les Pharaons

    Dodji-Amouzouvi-1-450x300

    Le secteur de l’enseignement supérieur, de la recherche scientifique et l’innovation est désormais au cœur de la vague des réformes globalisantes de l’éducation au Bénin. Dans un processus participatif avec les principaux acteurs, le gouvernement va acter la suppression des élections des recteurs et doyens dans les universités publiques. Le nouveau mode de désignation reposera sur un appel à candidature. Aussi, sera-t-il instauré au sommet de la gestion des rectorats, un Conseil d’administration pour mieux assurer la gouvernance universitaire. C’est l’essentiel du message passé, il y a peu, par le professeur Dodji Amouzouvi, membre d’une commission spéciale mise en place par le gouvernement. Cette commission qui réunit plusieurs acteurs a pour mission de proposer un ensemble de réformes aux fins de moderniser les universités publiques au Bénin. Selon le professeur Dodji Amouzouvi qui se confiait à Patrimoine média, le « gouvernement qui est propriétaire des universités publiques propose que tous ceux qui veulent diriger l’Université ou une faculté puissent candidater». Il s’agit, dit-il, d’un processus qui prend en compte plusieurs étapes « parmi lesquelles, il y a entre autres, l’appel à candidature, le dépôt de dossier, l’étude de dossier, l’interview (…) tout ceci suivant des critères bien définis et une procédure rigoureuse claire et éprouvée ». Ce procédé, argumente le professeur Dodji Amouzouvi, vise à consacrer une responsabilité individuelle des recteurs et doyens. « Avec le nouveau mode, c’est chacun qui prépare son dossier, qui rédige sa vision et ses stratégies pour le développement de l’Université en tant que recteur, en tant que vice-recteur et qui les défend devant des instances et des organes commis à cet effet là. Les trois meilleurs méritants seront proposés au gouvernement », a expliqué le professeur Dodji Amouzouvi, membre de la commission spéciale chargée de faire des propositions pour la modernisation des universités publiques au Bénin. À cette étape, le ministère de l’enseignement supérieur, le gouvernement et le Conseil national de l’éducation ( Cne) vont prendre la ” main” pour parachever le processus. Par ailleurs, le professeur Dodji Amouzouvi a fait savoir qu’un organe innovant sera introduit dans le dispositif de gestion des universités publiques. Il s’agit d’un Conseil d’administration. « (…) ce conseil d’administration sera un peu comme la structure majeure d’où partiront les grandes orientations et décisions que le recteur aura à charge d’exécuter avec son équipe. C’est donc un nouveau mode qui n’a jamais existé, qu’on n’a jamais tenté au Bénin dans les universités publiques », a exposé le professeur Dodji Amouzouvi qui ne doute pas de la réussite de cette réforme avec « la nouvelle rigueur qu’on imprime au pays ». Cette double réforme a été adoptée le 10 juillet 2021 par les universitaires à l’occasion du séminaire national pour le développement de l’enseignement supérieur, la recherche scientifique et l’innovation.

    admindios



    Qui sommes-nous?

    Les PHARAONS est  un  quotidien béninois paraissant au Bénin , disponible également dans une  version en ligne.

    Fondé depuis 2004, le journal paraît pour la première fois la même année mais s’arrête à 8 numéros seulement.  Il sera repris en 2014  avec une équipe de jeunes journalistes rompus à la tâche.


    Contactez-Nous

    Appelez à tout moment