ALERTE :

    Bénin/Société Patrice Talon contre les passions interdites en milieu scolaire - Les Pharaons

    IMG-20210923-WA0068

    Cyrille LIGAN

    Alors que le malaise défie les interdits et les tabous dans les collèges et les universités mais surtout la loi, le gouvernement béninois a décidé de prendre le taureau par les cornes. D’amour, il n’en sera plus bientôt question entre un enseignant et une élève encore moins une étudiante, même de manière consentie. Du moins doit-on s’en convaincre, car ce jeudi, le Chef de l’Etat s’est posé en avant-garde d’un projet de loi qui devrait repousser les limites de la répression des relations interdites entre un enseignant et son élève ou étudiante.

    A ce jour, les rapports intimes, sexuels ou amoureux entre enseignants et élèves ou étudiantes font partie des affaires où le droit a montré ses limites au Bénin. Le problème de l’encadrement de ces relations résonne d’autant plus dans l’opinion publique que la question fait actuellement débat. Si le projet de loi portant mesures spéciales de répression des infractions commises à raison du genre et de protection de la femme en République du Bénin est adopté, ces relations n’auront plus droit de cité. Et le Chef de l’Etat ne manque pas d’arguments. Ce type de liaison peut mener à des abus de pouvoir de la part de professeurs ou à du chantage par des élèves ou étudiantes. « Les filles doivent mériter leurs notes et avoir la paix du cœur pour étudier », a déclaré Patrice Talon.

    Interdit absolu, les enseignants ne pourront ainsi plus s’autoriser à vivre des relations intimes avec leurs élèves ou leurs étudiantes. L’autorité conférée par ses fonctions à l’enseignant fait reposer sur lui une responsabilité particulière. Et pour prévenir tout dérapage, le chef de l’Etat préconise : « si un enseignant tombe amoureux de son élève ou de son étudiante, qu’il change de classe, d’école, d’amphi ou démissionne ». Aussi, selon les dispositions du projet de loi, une élève ou une étudiante qui harcèlerait son enseignant se verrait poursuivie. Ainsi, il reviendrait à l’enseignant de vite la dénoncer pour bénéficier de la protection de la loi comme étant victime de harcèlement. Si le projet de loi aboutit, nul doute qu’il instaurera un respect mutuel entre enseignants et élèves. Mais, quid des amitiés enseignants-élèves sur les réseaux sociaux ?

    admindios



    Qui sommes-nous?

    Les PHARAONS est  un  quotidien béninois paraissant au Bénin , disponible également dans une  version en ligne.

    Fondé depuis 2004, le journal paraît pour la première fois la même année mais s’arrête à 8 numéros seulement.  Il sera repris en 2014  avec une équipe de jeunes journalistes rompus à la tâche.


    Contactez-Nous

    Appelez à tout moment



    Les dernières nouvelles