ALERTE :

    #Bénin/Gouvernance locale: Angelo Ahouandjinou dort, Abomey-Calavi se meurt ! (Un bilan élogieux dans la presse, mais inexistant sur le terrain) - Les Pharaons

    téléchargement

    Il est probablement le meilleur maire de la quatrième mandature de la décentralisation. Tous les matins, il est célébré par de nombreux canards de la presse locale comme le bâtisseur de la modernité pour sa commune. Mieux que le chef de l’Etat, Patrice Talon, ce serait lui faire offense que de le comparer à Hercule qui, à s’en tenir à ses exploits relayés par la presse, ne lui arriverait même pas à la cheville. Tout va donc pour le mieux dans le meilleur des mondes à Abomey-Calavi, pourrait-on croire.

    Le hic, c’est que ce bilan flatteur attribué à Angelo Evariste Ahouandjinou n’existe que dans la tête du maire. En effet, environ une quinzaine de mois après avoir été nommé, il peine à s’inscrire véritablement dans une nouvelle dynamique de rupture, susceptible d’amorcer l’envol de la commune d’Abomey-Calavi. Depuis son installation rien, dans sa gestion des affaires de la cité, ne le distingue de ses trois calamiteux prédécesseurs. L’empreinte Ahouandjinou est loin d’être visible. La commune n’est pas plus attrayante sous le règne de Angelo Ahouandhjinou que par le passé.

    De l’éclairage public à l’assainissement en passant par la salubrité publique, des perpétuels problèmes d’inondation à l’entretien des routes et pistes en passant par la gestion des écoles, rien n’a changé depuis Juin 2020, date de l’installation de la quatrième mandature du Conseil communal. Si, ses collaborateurs avancent une gestion plus rigoureuse des sources de mobilisation de ressources pour la commune (marchés, carrières…), le commun des citoyens de la commune n’en perçoit pas la différence car ne constatant le moindre changement au quotidien.
    Au sein même du conseil communal, la gestion du Maire Angelo Ahouandjinou est loin de faire l’unanimité malgré l’absence d’élus de l’opposition y siégeant. Selon un de ses détracteurs, membre dudit conseil communal, le premier responsable de la commune serait plus efficace dans la gestion du foncier ou des juteux marchés publics. Il ajoute qu’avec deux prédécesseurs sur trois en prison pour des faits liés à la gestion de la commune, le maire actuel, donc exposé à toutes sortes de tentations, devrait jouer la carte de la prudence. « De toutes les façons, je l’ai à l’œil », conclut-il.
    S’il est vrai que les assertions de cet élu sont difficilement vérifiables, il l’est tout aussi que la commune d’Abomey-Calavi, désormais la quatrième commune à statut particulier du pays, dort à l’image. Porteur d’espoir à sa nomination, Angelo Ahouandjinou déçoit à tous points de vue. Que ce qui serait lamentable pour les destins conjugués du maire et de sa commune, c’est qu’il ne fasse pas mieux que ses trois amorphes prédécesseurs.

    Avec plus de quatre années devant lui, il est à espérer que Angelo Ahouandjinou sorte enfin de son long sommeil. Au risque d’entrainer avec lui la commune dans les méandres de l’ornière du sous-développement.

    Dios CHACHA



    Qui sommes-nous?

    Les PHARAONS est  un  quotidien béninois paraissant au Bénin , disponible également dans une  version en ligne.

    Fondé depuis 2004, le journal paraît pour la première fois la même année mais s’arrête à 8 numéros seulement.  Il sera repris en 2014  avec une équipe de jeunes journalistes rompus à la tâche.


    Contactez-Nous

    Appelez à tout moment