ALERTE :

    Bénin/Politique Quand Nicéphore Soglo tente de se refaire une santé sur « l’affaire cocaïne » - Les Pharaons

    soglo-1

    C’est une insidieuse ode à la mélancolie politique mais aussi une déclaration d’intention pour l’avenir. L’ancien président de la République, Nicéphore Dieudonné Soglo, qui se sait désormais marginal en politique surfe sur l’affaire cocaïne pour mettre du vent dans ses voiles. Dans un communiqué très personnel et sensible avec, en toile de fond, l’obsession d’un pouvoir dont le contrôle lui échappe, il se raconte et écume sa détestation du gouvernement dans un amalgame qui ne laisse guère indifférent. La charge est frontale, sans nuance. Le récit s’ouvre d’ailleurs par des propos qui suscitent ironie et critiques. Ancien chantre de la sécurité et de la paix, le voilà désormais qui tance la justice de faire des « déballages qui donnent la nausée », accusant sans ciller la politique du gouvernement de déshonorer « le pays de la Conférence Nationale Souveraine ». Mais qu’en est-il réellement ?

    C’est une question d’opportunité ou de survie. Il y a quelques jours, la justice béninoise a, en complicité avec les forces de sécurité, appréhendé plus de deux tonnes et demie de cocaïne dans un entrepôt à Sèmè-Kpodji. Ledit entrepôt, propriété d’un libanais, est loué à un Ivoirien dont les proches ont été arrêtés et détenus à la prison civile de Missérété. L’information qui a été rendue publique semble ne pas être du goût de Nicéphore Soglo. Se posant en défenseur de la Conférence nationale souveraine, il souhaite qu’on « épargne au peuple » béninois réprimés par les lois de la République. Mais en réalité, il n’en est rien. Tout porte à croire qu’il s’agit d’une stratégie qui permettra à l’ancien président de revenir dans le jeu politique de manière plus classique, moins outrancière et donc d’être plus audible.

    Victime de ses alliances et de sa récalcitrance à se conformer aux réformes politiques en cours, l’ancien président a vu sa popularité chuter. Pour Nicéphore Soglo dont le pedigree politique devient de plus en plus faible, voire inexistant, la récente saisie d’une importante quantité de cocaïne est une aubaine politique. Cela pourrait certes l’aider à flatter la colère d’une partie de ses proches. Suffisamment ? C’est incertain. A rebours de l’image pacificatrice du président Boni Yayi le 22 septembre dernier dont il n’a pas apprécié la démarche, l’ancien édile de la mairie de Cotonou préfère cogner sans cesse en espérant que la muraille tombe. Cela va sans dire que c’est une mauvaise stratégie, surtout quand on connaît la résilience de l’adversaire politique en vue. L’ancien président Nicéphore Soglo gagnerait donc beaucoup à emboîter le pas à Boni Yayi pour se refaire une santé politique, autrement, le silence est la voix de la sagesse.

    Dios CHACHA



    Qui sommes-nous?

    Les PHARAONS est  un  quotidien béninois paraissant au Bénin , disponible également dans une  version en ligne.

    Fondé depuis 2004, le journal paraît pour la première fois la même année mais s’arrête à 8 numéros seulement.  Il sera repris en 2014  avec une équipe de jeunes journalistes rompus à la tâche.


    Contactez-Nous

    Appelez à tout moment