ALERTE :

    Bénin/ Décentralisation « Il n’y a aucun triumvirat à la tête des communes, Talon a bien vu », l’expert Aimé Tcheffa approuve la réforme - Les Pharaons

    IMG-20211010-WA0008

    Plus rien ne sera comme avant dans l’administration des collectivités territoriales au Bénin. Après près de deux décennies d’expérimentation de la décentralisation, les résultats sont mitigés et n’augurent pas forcément de belles perspectives en terme de développement souhaité. Pour rationaliser la gouvernance locale, le Gouvernement du Président Patrice Talon vient d’introduire au parlement, un projet de loi portant réforme de l’administration territoriale. La réforme portée par l’Exécutif pose le principe d’une redistribution des pouvoirs dans l’administration des collectivités locales avec la création d’un poste de Secrétaire Exécutif ( Se) désormais ordonnateur du budget communal ; d’un conseil de supervision présidé par le Maire qui élabore le budget communal, propose un plan de travail annuel, élabore le règlement intérieur de la commune et dresse les grandes orientations en terme de développement de la commune. Le conseil communal reste l’Assemblée délibérante qui amende et adopte en session les travaux réalisés par le conseil de supervision composé du maire et des présidents de commissions. Le Secrétaire Exécutif des communes sera un technicien d’un niveau Bac +5 avec une expérience professionnelle avérée tiré au sort dans une base de données qui sera composée au préalable suivant des critères de compétences. Mais ce nouvel attelage n’est pas du goût de tous les experts dans le domaine de la décentralisation. L’un d’eux, très critique d’ailleurs, avait dénoncé un triumvirat ( Conseil communal, Conseil de supervision et Secrétariat exécutif) installé à la tête des communes et qui risque d’être préjudiciable au développement souhaité. Pour certains, le Maire est dépouillé de son pouvoir et le poste devient une coquille vide. « Il n’y a aucun trimvirat, personne n’est dépourvu d’aucun pouvoir, le Président Talon a bien vu. Ce qui se passe là, c’est de ça que nous avons besoin pour développer nos communes », a défendu Aimé Tcheffa, expert en stratégie de développement et doté d’une expérience professionnelle dans le domaine de la décentralisation. Le maire, dit-il, « est un acteur politique qui détient un pouvoir politique. Il n’est pas un technicien. Il ferait mieux de se ranger dans son couloir politique. Les techniciens sont là pour l’aider à réaliser sa vision et notamment pour mettre en œuvre le plan de développement communal ou le plan de développement municipal. Celui qui vous dit une autre chose ne connait pas». Selon Aimé Tcheffa, le Président de la République, Patrice Talon a une maîtrise totale du terrain, des acteurs en présence et n’est préoccupé que par le développement des communes. « La territorialisaton du développement, vous pensez que c’est une blague?, l’élaboration et la mise en œuvre de politiques publiques au niveau local pour résoudre des problèmes urgents, vous pensez que c’est une blague ? La fusion des divergences à l’intérieur d’une communauté pour pouvoir aller au développement local, vous pensez que c’est une blague ?», s’est interrogé Dr. Aimé Tcheffa qui répond : « Pour moi, c’est une affaire de technicien beaucoup plus qu’une affaire d’autorités politiques». À en croire l’expert en stratégie de développement, « l’autorité politique a une vision, elle imprime la marque et la dynamique, elle assure le leadership nécessaire notamment politique, l’autorité règle les conflits, l’autorité écoute, ratisse large, rassemble et s’appuie sur le technicien pour définir les politiques publiques utiles au développement des communes ». Selon le sociologue Aimé Tcheffa, les secrétaires exécutifs qui seront des techniciens au service des communes doivent travailler pour qu’enfin le développement local soit une réalité au cœur de la décentralisation. La réforme initiée par le gouvernement, dira-t-il pour conclure, vise finalement à doter les communes de budgets au financement du développement, des budgets au financement des politiques publiques, des budgets au peuple.

    Dios CHACHA



    Qui sommes-nous?

    Les PHARAONS est  un  quotidien béninois paraissant au Bénin , disponible également dans une  version en ligne.

    Fondé depuis 2004, le journal paraît pour la première fois la même année mais s’arrête à 8 numéros seulement.  Il sera repris en 2014  avec une équipe de jeunes journalistes rompus à la tâche.


    Contactez-Nous

    Appelez à tout moment