ALERTE :

    Rencontre Talon-Yayi Des acteurs politiques seront privés de « Plan de Travail Annuel… », analyse du Dr. Aimé Tcheffa - Les Pharaons

    IMG-20211010-WA0031

     

    Alors que la rencontre entre l’ancien Président de la République, Boni Yayi et son successeur, le Président Patrice Talon continue de susciter de vives réactions sur la scène politique, une voix alternative de portée scientifique s’invite au débat. Il s’agit de celle du Docteur Aimé Tcheffa, sociologue et expert en stratégie de développement. Reçu ce dimanche 10 Octobre 2021 sur l’émission Diagonale de la chaîne numérique Bi-News TV, Aimé Tcheffa a déconstruit les discours et postures des acteurs politiques et des acteurs sociaux depuis la tenue de cette rencontre inédite entre Boni Yayi et Patrice Talon le 22 septembre dernier. Pour le sociologue qui analyse la ligne idéologique des deux hommes d’Etat, la rencontre du 22 septembre au palais de la Marina participe de la paix et ne devrait pas générer autant de polémiques ou autant de remous. « Se voir de temps en temps et discuter, se voir surtout depuis les différents événements survenus depuis 2016 jusqu’à aujourd’hui pour parler et essayer d’accorder les violons, ça n’a rien de mauvais. Cela ne signifie pas que Boni Yayi n’est plus un farouche opposant et cela ne signifie pas que désormais Patrice Talon ira recevoir l’onction de Boni Yayi pour faire tout ce qu’il fait. Chacun reste ce qu’il est, la philosophie politique de chacun le caractérise.», a d’abord fait savoir Aimé Tcheffa. Selon l’expert en stratégie de développement, dans le cas du Bénin, « la paix, la sérénité et la concorde civile doivent rester le maître mot de tout acteur politique engagé ou non ». Pour le docteur Aimé Tcheffa, les discours tenus par Boni Yayi et Patrice Talon à l’occasion de leur tête-à-tête ne s’accommodent d’aucune onde négative. Attendu depuis peu, l’ancien Président de la République, Nicéphore Dieudonné Soglo, l’autre figure majeure de l’opposition béninoise, a fini par donner de la voix dans la presse locale. Réagissant à la rencontre entre Boni Yayi et Patrice Talon, Nicéphore Dieudonné Soglo laissé entendre : « qui veut tromper qui ? ». Les déclarations de Nicéphore Dieudonné Soglo ont laissé croire qu’il n’aurait pas donné une autorisation à Boni Yayi pour que ce dernier se rende au Palais de la Marina. Selon le sociologue Aimé Tcheffa, l’accord ou le désaccord de Nicéphore Dieudonné Soglo ne « change rien à la tenue même de la rencontre ». « Ce que Boni Yayi a dit n’engage que lui, ce que Nicéphore Dieudonné Soglo a dit n’engage que lui. Que Boni Yayi déclare publiquement qu’il a reçu l’onction de son aîné à la présidence de la République pour venir voir celui qui est là actuellement, qu’il soit désavoué ou non, la rencontre a eu lieu. Le Président Soglo est libre de formuler les commentaires, les critiques qu’il veut.», a laissé entendre Aimé Tcheffa qui salue d’ailleurs la demande de Boni Yayi quant à l’instauration d’une conférence de discussion formelle ou informelle entre les anciens chefs d’État et l’actuel Président de la République. À en croire, l’invité de Bi-News, Boni Yayi a des raisons valables d’engager cette démarche de paix avec son successeur après les humiliations, les dégâts, la torture morale et autres risques encourus du fait d’un affrontement ouvert sur la scène politique. Si en dépit de tout ça, Boni Yayi decide apparemment d’aller fumer le calumet de la paix, pense qu’il doit capituler pour avoir la paix, pour vivre longtemps, on doit lui concéder cela, a soutenu Aimé Tcheffa. Avec cette rencontre entre les présidents Boni Yayi et Patrice Talon, le sociologue pense que l’on peut « espérer le dégel de la tension, la libération des prisonniers politiques, la décrispation de l’atmosphère politique». « Ceux qui sont en prison, Boni Yayi ne répond pas d’eux tous. C’est un acte d’élégance, un acte de leader confirmé. Yayi n’a jamais répondu de Joël Aïvo, il n’a jamais été membre de son gouvernement, il n’a jamais appartenu aux Fcbe, il en est de même pour bien d’autres détenus politiques », a analysé Aimé Tcheffa parlant de la demande de libération des prisonniers politiques faite par l’ancien Président Boni Yayi sans distinction. Selon Aimé Tcheffa, cette rencontre ne peut pas être improductive. Il soutient qu’à la longue, cette rencontre aura des incidences et des impacts. Sur les critiques formulées par certains acteurs politiques de l’opposition à propos de la rencontre Talon-Yayi, le sociologue interroge la personnalité psychologique des acteurs en présence. « Notre personnalité psychologique transparaît dans tout ce que nous faisons. Ils ne sont pas Yayi Boni, Yayi Boni n’est pas eux. Il y a des gens qui sont profondément attachés à la paix, il y en a qui justement n’ont pas besoin de paix pour vivre, parce que c’est dans les dissensions, dans les conflits qu’ils se réalisent. Il y en a qui tirent au bout jusqu’à la dernière minute sans démordre. Il y en a qui n’aiment pas tirer parce que du point de vue personnalité psychologique ils ne sont pas comme ça.», a expliqué Dr. Aimé Tcheffa qui établit des liens étroits entre la psychologie et la politique avec des leçons à tirer de la psychologie politique ou de la politique de la psychologie. À en croire l’invité de l’émission Diagonale, les acteurs politiques de l’opposition qui fustigent la démarche de Boni Yayi ne répondent pas du peuple béninois comme Boni Yayi qui a été l’un des chefs d’État les plus populaires du Bénin , et donc, a des droits de réserve sur certaines choses. « Boni Yayi a prêté serment dans ce pays pour dire qu’il ne comploterait jamais contre le pays, Azannaï n’en n’a prêté aucun, Azatassou n’en n’a prêté aucun, donc en terme de niveau de responsabilité, ces acteurs dont vous parlez ne sont pas arrivés à un niveau aussi élevé que celui de Boni Yayi », a martelé Aimé Tcheffa. « Patrice Talon et Boni Yayi en paix, fait que certains acteurs politiques n’auront plus d’activités, n’auront donc plus de plan de travail annuel, n’auront donc plus de motifs et de raisons pour aller taper à des portes dans la sous-région pour racler de l’argent », a analysé pour conclure Dr. Aimé Tcheffa.

    Dios CHACHA



    Qui sommes-nous?

    Les PHARAONS est  un  quotidien béninois paraissant au Bénin , disponible également dans une  version en ligne.

    Fondé depuis 2004, le journal paraît pour la première fois la même année mais s’arrête à 8 numéros seulement.  Il sera repris en 2014  avec une équipe de jeunes journalistes rompus à la tâche.


    Contactez-Nous

    Appelez à tout moment