ALERTE :

    Bénin/ Politique Hounkpè et la Fcbe, un héritage politique en crise - Les Pharaons

    Paul-HOUNKPE-1200x675

    Alors qu’il se débat dans un espace politique extrêmement clivé autour des idéologies, des approches, des visions et des outils de combat pour s’adjuger une légitimité auprès de ses frères d’armes de l’opposition, Paul Hounkpè, Secrétaire exécutif national ( Sen) du parti Force cauris pour un Bénin émergent ( Fcbe) est aussi confronté à une crise interne au sein de son parti. Ces derniers jours, l’avalanche de démissions des cadres de premier plan et les critiques des militants, véritables animateurs de la vie du parti à la base, ont remis sur scène les questions liées à la capacité managériale de Paul Hounkpè. Il y a comme une constance dans les motifs qui sous-tendent les démissions en cascades. Ici et là, le secrétaire exécutif national du parti Fcbe est au cœur de tirs croisés. « Il y a comme une dictature au sein des partis (…)», a lâché ce 12 octobre 2021 sur la télévision nationale, Clément Koutchadé, conseiller communal à Pobè et coordonnateur de la 22ème circonscription électorale qui venait de démissionner du parti Fcbe. Cette déclaration qui renseigne subtilement sur une gouvernance cavalière au sein du parti Fcbe n’est que la conclusiond’un malaise déjà exprimé dans sa lettre de démission. « Je reste convaincu que le mode de gestion du parti n’a connu aucune amélioration (…)», a écrit Clément Koutchadé qui dénonce par ailleurs une politique d’exclusion des militants à la base dans tout processus de prise de décision. « Je pars donc par conviction et fier de ma liberté d’expression afin de continuer le challenge de l’affranchissement de notre démocratie dans une ambiance de confiance mutuelle, de tolérance et de respect de la diversité», lit-on dans la lettre de démission de Clément Koutchadé en date du 4 octobre 2021. Quelques jours après la démission de cet ancien directeur général de l’Office National du Bois ( ONAB), c’est le docteur Laurent de Laure Faton, un autre cadre du parti Fcbe qui a claqué la porte. Ce 12 octobre 2021, Laurent de Laure Faton, secrétaire exécutif national adjoint à l’économie numérique, a par correspondance, notifié au Secrétaire exécutif national Paul Hounkpè sa démission. « Après trois ans et demi de militantisme et d’expérience politique au sein du parti, j’ai, en toute responsabilité, décidé de me retirer afin d’entrevoir d’autres perspectives à mon engagement politique », peut-on lire dans la correspondance du désormais ex-secrétaire exécutif national adjoint à l’économie numérique du parti Fcbe. Quarante-huit heures avant lui, soit, le 10 octobre, c’est un groupe de conseillers communaux de Savalou qui a démissionné du parti Fcbe. « (…) Depuis les préparatifs des élections présidentielles d’avril 2021 à ce jour, nous, conseillers communaux Fcbe de Savalou, ne nous sentons plus concernés par la vie du parti. Nos attentes pour un retour à la normale de la situation au sein du parti sont restées vaines. Nous nous sommes sentis totalement marginalisés dans les prises de position du parti et sommes restés sans soutien des responsables du bureau politique pendant tout ce temps», lit-on dans la lettre de démission des 7 conseillers communaux Fcbe de Savalou qui assurent avoir pris cette décision après une réflexion mûrie. Ici encore, le mode de gouvernance interne, l’absence d’inclusion et des prises de positions à pas de charge sont mis en évidence par les élus démissionnaires. Naturellement, le premier responsable du parti, Paul Hounkpè est au banc des accusés. La saignée a pourtant commencé depuis le mois de juillet avec la démission surprise du secrétaire exécutif national adjoint, Théophile Yarou, ex-ministre de la défense sous le régime Yayi. Le conseiller communal Nicolas Ganlodji, élu conseiller communal sur la liste FCBE dans l’arrondissement de Zounguè, commune de Dangbo, avait déjà lâché le Secrétaire Exécutif National (SEN), Paul Hounkpè et ses membres. Comme lui, le coordonnateur de la 6ème circonscription électorale du parti Forces cauris pour un Bénin émergent (Fcbe), Remi Agossou, a démissionné pour rejoindre le parti Mouvement populaire de libération (Mpl).Ce militant démissionnaire n’a pas caché ses mots. « (… ) Le parti des Forces cauris pour un Bénin émergent (Fcbe) est devenu un parti d’exclusion, un non-sens politique et un club électoral en divagation permanente », a fait savoir le jeudi 30 septembre 2021, Rémi Agossou dans sa déclaration d’adhésion au parti MPL. Des mots très durs du désormais ex coordonnateur de la 6ème circonscription électorale des Fcbe qui ne font que corroborer les hypothèses d’une panne dans la gestion faite par le secrétaire exécutif national du parti Fcbe, Paul Hounkpè. Considérant la démission de l’ex-président Boni Yayi du parti comme une tragédie, Rémi Agossou regrette que « le sacerdoce que nous nous sommes imposé pour sauver l’héritage politique, idéologique et moral du parti… a malheureusement pris la forme d’un chemin de croix au cours duquel rien ne nous aura été épargnés ». À l’aune de toutes ces déclarations de démissions, il apparaît visiblement que Paul Hounkpè est le symbole de la crise que vit le parti Fcbe. Devenu tambour battant, patron d’un parti politique dans lequel il n’avait que des rôles de seconde zone, Paul Hounkpè, a, selon les demissilnaires, embarqué le parti dans des virages autoritaires compromettant de fait, le pronostic vital du parti politique dont il est le seul à détenir les clés. Le poids d’un héritage politique usurpé semble trop lourd à porter. La descente aux enfers serait irréversible si le chef de file de l’opposition ne fait pas de l’humilité, sa tasse de thé pour reconnaître le malaise interne qui, s’il perdure, finira par sonner le requiem du parti. La communication tapageuse de ces dernières heures qui tend à pousser encore plus les militants vers la porte est une négation de l’évidence d’une crise ruineuse. En politique, l’addition est toujours préférable à la soustraction. Par ailleurs, les éléments de langage trop salés pourraient empoissonner les futures relations de collaboration entre le nouveau parti La Nouvelle Alliance ( LNA) en cours de création par les demissilnaires du parti Fcbe et Paul Hounkpè, chef de file de l’opposition. Sa survie politique est engagée !

    Dios CHACHA



    Qui sommes-nous?

    Les PHARAONS est  un  quotidien béninois paraissant au Bénin , disponible également dans une  version en ligne.

    Fondé depuis 2004, le journal paraît pour la première fois la même année mais s’arrête à 8 numéros seulement.  Il sera repris en 2014  avec une équipe de jeunes journalistes rompus à la tâche.


    Contactez-Nous

    Appelez à tout moment