ALERTE :

    Bénin/ Économie Des acteurs institutionnels publics-privés engagés pour l’éducation financière et l’épargne - Les Pharaons

    IMG-20211101-WA0019

    Instituée depuis 1924 au cours de la conférence des banques postales, des caisses d’épargne en Europe, la Journée Mondiale de l’Épargne (JME) est célébrée de façon annuelle chaque 31 octobre. Depuis sa première célébration en 1925, la Journée mondiale de l’épargne est une occasion saisie par les acteurs du monde des finances pour attirer l’attention des populations sur l’importance, la nécessité les bienfaits de l’épargne. Reçu en entretien sur la chaîne numérique Bi-News ce week-end, Armel Alavo, expert en inclusion et éducation financière, consultant en finance digitale, est revenu sur le sens de la célébration de cette journée mondiale de l’épargne qui en est, à sa quatrième édition au Bénin. Selon lui, il s’agit d’amener les populations à développer une culture de l’épargne notamment dans le circuit formel. « Quand on parle d’épargne, c’est la partie du revenu qui n’est pas consommée immédiatement et qui est destinée pour une utilisation future. C’est pour faire face, soit à des urgences, à des imprévus, soit pour réaliser un projet, soit pour sa retraite, donc l’utilisation n’est pas immédiate mais elle est différée», a fait savoir Armel Alavo qui mobilise depuis 2018, des partenaires institutionnels publics-privés autour de la célébration de la journée mondiale de l’épargne au Bénin. L’épargne dit-il, constitue pour l’homme « un coussin financier » auquel il fera recours toutes les fois qu’il est confronté à une difficulté. L’épargne, dit-il, permet d’être « moins stressé face aux situations urgentes, lorsqu’on a envie de réaliser un projet à court et à long terme». Au regard de l’importance de la journée mondiale de l’épargne qui se veut être une journée d’éducation, Armel Alavo est formel: « On ne peut pas se réaliser sans commencer par l’épargne». Mais l’expert en inclusion et éducation financière fait savoir que l’épargne n’est qu’une première étape. Selon Armel Alavo, après avoir constitué un niveau considérable d’épargne, il faut réfléchir à comment fructifier l’épargne en allant investir. Deux cultures sont ainsi nécessaires pour la réalisation de soi. Il s’agit, à priori, d’une culture de l’épargne et à posteriori, d’une culture de l’investissement. Selon. Armel Alavo, aucune couche de la société ne devrait se sentir exclure de la célébration de cette JME. « Tout le monde est concerné par l’épargne. Ceux qui sont devenus riches aujourd’hui, ont dû développer une certaine culture de l’épargne et progressivement ont dû investir leurs revenus épargnés dans des activités. De plus en plus, les personnes vulnérables sont concernées par l’épargne. Quand déjà vous n’avez pas un revenu régulier, quand déjà vous n’avez pas un revenu assez important pour vous et que vous avez des revenus qui viennent de façon sporadique, c’est important et c’est indispensable pour vous de mettre de côté quelque chose parce que vous ne savez pas ce qui va se passer demain (…)», a expliqué Armel Alavo. Pour l’invité de Bi-News, les personnes vulnérables qui ont des activités précaires et donc des revenus aléatoires et irréguliers doivent développer systématiquement une culture de l’épargne. « L’épargne devrait être la première dépense que nous devons faire dès lors que nous avons un revenu (…) Après toutes les dépenses, ce qui vous appartient réellement c’est votre épargne, l’Épargne est votre richesse. Il vaut mieux alors épargner suffisamment (…) .», a déclaré Armel Alavo. « Éducation Financière : Levier de Promotion de l’Épargne ». C’est le thème retenu au plan national cette année dans le cadre de la 4è édition de la célébration de la journée mondiale de l’épargne. Sur les plateaux de Bi-News TV, Armel Alavo a expliqué le concept de l’inclusion financière au cœur de cette 4è édition de la JME. Selon lui, à travers l’inclusion financière, il s’agit de faciliter l’accès aux services financiers de base pour les populations auprès des institutions financières formelles ainsi que des services qui sont adaptés à leurs besoins. L’épargne, c’est le service le plus accessible, a dit Armel Alavo qui explique que tout le monde n’a pas accès aux crédits dans les établissements financiers contrairement à l’épargne qui procède d’un choix libre et volontaire.« L’épargne est le premier pas dans l’inclusion financière. Pour aller à l’épargne volontaire, il faut une éducation financière. L’éducation financière ne veut pas dire qu’on vous éduque pour que vous allez systématiquement vers un service financier, mais on vous prépare à une utilisation éventuelle des services financiers notamment un service d’épargne. Nous estimons que pour renforcer l’inclusion financière aujourd’hui, il faut s’appuyer sur l’éducation financière.», a laissé entendre Armel Alavo. En plus de l’éducation financière, l’invité de Bi-News fait savoir qu’il est aussi important d’aller vers une éducation digitale compte tenu du développement de l’économie numérique avec les outils numériques. Beaucoup de services financiers sont orientés vers le digital. Raison pour laquelle, Armel Alavo estime qu’il faut associer l’éducation financière à une éducation digitale pour permettre aux populations d’avoir des notions de base pour faire des transactions via les outils numériques. Cette année, onze (11) communes sur les 77 que compte le Bénin, sont retenues pour abriter les activités entrant dans le cadre de la célébration de cette quatrième édition de la Journée Mondiale de l’Épargne. Il s’agit des communes de Cotonou, Abomey-Calavi, Aplahoué, Glazoué, Allada, Bohicon, Nikki, Parakou, Lokossa, etc. Pour les partenaires institutionnels publics-privés mobilisés autour de cette journée mondiale de l’épargne, il s’agira d’animer des ateliers de sensibilisation, d’éducation, d’information, de présentation des produits de l’épargne au profit des populations conviées sur les différents sites. Il y aura aussi une foire d’exposition des produits de l’épargne au cours de laquelle les partenaires institutionnels présenteront les offres en matière d’épargne aux participants. Depuis 2018, la célébration de la JME est soutenue par des acteurs publics. Le Ministère de l’économie et des finances est un partenaire privilégié de la Société d’inclusion financière ( Sif-groupe) dans l’organisation des différentes activités. À travers la Direction générale du secteur financier qui s’occupe de l’inclusion financière, le Ministère de l’économie et des finances apporte un appui à l’organisation de la Journée Mondiale de l’Épargne au Bénin. La banque centrale, elle aussi accompagne la JME. Au-delà des prestataires de services financiers, Armel Alavo invite les populations à suivre de près toutes les activités prévues dans le cadre de la célébration de cette journée mondiale de l’épargne entre le 28 octobre et le 2 novembre afin d’avoir les outils nécessaires pour développer une culture de l’épargne dans le circuit formel et échapper aux pièges de l’épargne informel.

    Dios CHACHA



    Qui sommes-nous?

    Les PHARAONS est  un  quotidien béninois paraissant au Bénin , disponible également dans une  version en ligne.

    Fondé depuis 2004, le journal paraît pour la première fois la même année mais s’arrête à 8 numéros seulement.  Il sera repris en 2014  avec une équipe de jeunes journalistes rompus à la tâche.


    Contactez-Nous

    Appelez à tout moment