ALERTE :

    Bénin/Trésors royaux: Un choix de Macron à la base d’une satisfaction en demi-teinte - Les Pharaons

    IMG-20211109-WA0061

    Attaché aux règles de courtoisie, identité d’un peuple béninois épris de paix et convaincu d’une résolution des différends par le dialogue permanent, le Président de la République Patrice Talon s’est abstenu de faire un reproche à cœur ouvert au Président français Emmanuel Macron ce mardi 9 novembre 2021 lors de la signature de l’accord de transfert des droits de propriété sur les œuvres culturelles pillées au royaume de Danxomè par les troupes françaises il y a près de 130 ans. Ce mercredi 10 novembre 2021, Patrice Talon a saisi l’occasion de la cérémonie de réception des vingt-six (26) trésors royaux organisée au palais de la Marina à Cotonou pour extérioriser ce reproche qu’il a gardé sur son cœur. Le reproche du Président béninois est lié au processus de restitution de cette première collection d’œuvres culturelles. Il est plus encore lié à la composition, et donc du choix de ces 26 trésors royaux d’Abomey pillés après la conquête du royaume de Danxomè qui, sous le règne du roi Gbèhanzin, opposait une farouche résistance au colonisateur français. « J’ai failli le reprocher un peu au président français hier, mais la courtoisie qui caractérise le peuple béninois, et que j’avais l’obligation de témoigner au président français, m’a retenu ; parce que j’ai voulu lui dire : Monsieur le président, si vous nous aviez associés au processus de restitution, au choix des œuvres qui pourraient être restituées dans un premier temps (…) nous aurions composé le lot autrement.», a fait savoir le Président de la République Patrice Talon. Le choix unilatéral des œuvres à restituer par l’État français n’a donc pas plu à la partie béninoise. Même si le président béninois ne remet pas en cause la charge symbolique des œuvres choisies, il apparaît clairement qu’il aurait eu des préférences portées sur certaines œuvres au détriment d’autres ne serait-ce que dans le cadre de ce premier épisode de restitution des trésors pillés. D’ailleurs, le Président béninois Patrice Talon n’a pas manqué d’exprimer ses regrets sur le perron de l’Elysée ce 9 novembre 2021 face au Président français. « Mais, Monsieur le Président, cher Président, convenez avec moi, que la restitution de vingt-six (26) œuvres que nous consacrons aujourd’hui, n’est qu’une étape dans le processus ambitieux d’équité et de restitution des patrimoines mémoriels, extorqués jadis aux royaumes du territoire du Bénin, par la France. Monsieur le Président, il est regrettable que cet acte de restitution, si pourtant appréciable, ne soit pas de portée à nous donner entièrement satisfaction. En effet, comment voulez-vous, qu’à mon départ d’ici avec les 26 œuvres, mon enthousiasme soit total pendant que le Dieu Gou, œuvre emblématique représentant le dieu des métaux et de la forge, la tablette du fâ, œuvre mythique de divination du célèbre devin Guèdègbé, et beaucoup d’autres, continuent d’être retenus ici en France, au grand dam de leurs ayants droits ? », avait déclaré Patrice Talon. Si la partie béninoise avait été associée au choix des biens culturels à céder par la France, on peut bien s’imaginer que le dieu Gou et la tablette du fâ feraient partie de la collection. Mais au delà du regret, Patrice Talon veut se réjouir de ce petit pas qui brise le tabou de la restitution des patrimoines mémoriels pillés par la France. « C’est vrai, l’idéal aurait été que la restitution fut plus totale, plus complète. Mais pour autant, nous n’avions pas boudé notre bonheur, notre satisfaction », a dit pour finir Patrice Talon.

    Dios CHACHA



    Qui sommes-nous?

    Les PHARAONS est  un  quotidien béninois paraissant au Bénin , disponible également dans une  version en ligne.

    Fondé depuis 2004, le journal paraît pour la première fois la même année mais s’arrête à 8 numéros seulement.  Il sera repris en 2014  avec une équipe de jeunes journalistes rompus à la tâche.


    Contactez-Nous

    Appelez à tout moment