ALERTE :

    Bénin/Culture : Un séminaire à l’endroit des journalistes sur les mots et leur histoire pour écrire le vodun et en parler - Les Pharaons

    20220118_153257

    En marge du colloque scientifique international “10 janvier : et après ?, qui se tiendra à l’Université d’Abomey-Calavi du 19 au 21 janvier prochain, le Laboratoire de Boologie et de l’Intégral du Développement (LaBooID) en collaboration avec l’École Pluridisciplinaire Doctorale a organisé un séminaire d’un jour à l’endroit des journalistes sur les mots et leur histoire pour écrire le vodun et en parler. Ces assises qui se sont tenues dans l’après-midi du mardi 18 janvier 2021 ont permis aux hommes des médias de s’approprier les thèmes adéquats pour parler du vodun.

    Dans son intervention, le Dr Coovi Raymond Assogba, a insisté sur la nécessité de remettre à l’endroit la légitimité épistémologique de fonder dans les langues nationales une juste expression de vodùn, et de son ordre social, politique et économique, etc.. Ce rendez-vous du donner et de recevoir qui a pour but d’encourager tout ce qui est endogène permettra sans aucun doute de réhabiliter le Vodùn comme une pensée de développement qu’une « religion traditionnelle>>.

    Convaincu de ce que la colonisation a déformé certaines choses et que le journaliste est aliéné ; il a laissé entendre que celui-ci devra, lors de la rédaction de ses articles, faire ressortir les valeurs du vodùn. D’ailleurs, il n’a pas manqué de déplorer le fait que tout le problème qui nous paralyse « c’est l’ignorance. <<Nous réfléchissons comme les blancs. Parce qu’ils nous ont détourné de nos richesses culturelles », a-t-il ajouté. Votre façon de traiter les informations ayant rapport au vodùn, dira-t-il, va restaurer « la rationalité du vodùn », en créant « un pont, une route entre les scientifiques (assistant, maître assistant, maître de Conférences et professeur titulaire, élèves et les étudiants) et les penseurs de vodùn (Hùnnɔ, Bokɔnɔ, et Tannyinnɔ et aussi les vodùnsi) ».

    Pour le professeur, il est évident que le français ne peut pas exprimer toutes les réalités du vodùn. <<Soi-même, on s’autocensure. Vous n’êtes pas là pour défendre le vodùn, plutôt pour restituer les réalités du vodùn. Les mots qui n’appartiennent pas au champ lexical du vodùn, il faut les écarter>>, a martelé le Dr Coovi Raymond Assogba.

    Équipe Pharaons



    Qui sommes-nous?

    Les PHARAONS est  un  quotidien béninois paraissant au Bénin , disponible également dans une  version en ligne.

    Fondé depuis 2004, le journal paraît pour la première fois la même année mais s’arrête à 8 numéros seulement.  Il sera repris en 2014  avec une équipe de jeunes journalistes rompus à la tâche.


    Contactez-Nous

    Appelez à tout moment