Bénin/Législatives 2023 Chez Les Démocrates, plus d’excuse mais une touche d’inquiétude - Les Pharaons

Compressed by jpeg-recompress

Cyrille LIGAN

Au commencement était la Résistance, puis vinrent Les Démocrates. Une écurie politique voulue par le fait du prince après une reprise en main infructueuse du parti Cauris. Les bruits de couloir racontent qu’ils sont investis d’une mission messianique : sauver les Béninois, restaurer la démocratie et l’Etat de droit. Malgré leur hargne durant la période électorale de 2021, ils n’auront finalement fait qu’une fugitive apparition. Le parti est resté sur le tarmac des illusions perdues. La faute à la famélique réforme du système partisan, bien sûr.
Exsangue depuis la condamnation de Réckya Madougou, la candidate recalée aux présidentielles de 2021, le parti est comme entré en pénitence, une forme de coma politique ponctué par quelques apparitions médiatiques. A leur manière, Les Démocrates font encore de la politique et parlent au peuple. Mais pour faire front à la mouvance en 2023, il en faudra plus. Sans conteste, leur stratégie politique appartient au monde d’avant. Le désarroi engendré par les revers passés n’est pas seulement dû à la faiblesse de leurs bases politiques. Il est aussi la conséquence de leur impréparation ou d’une entrée en campagne inopinée et hasardeuse, sans réelles perspectives. Une sorte d’imposture politique, vigoureuse au premier abord, mais qui ne pouvait déboucher que sur ce fiasco.
Les législatives de 2023 sont essentielles pour l’opposition qui n’a aucun député au Parlement, mais surtout pour les Démocrates qui n’ont aucun élu quel qu’il soit. Depuis plus d’un an qu’ils se sont constitués en parti politique, Les Démocrates n’ont guère convaincu de leurs capacités. S’ils espèrent faire partie de la prochaine législature, ils doivent se préparer à nager dans les eaux troubles. Cet exercice ne sera pas difficile quand on sait qu’au rayon des coups tordus, Les Démocrates ne sont pas forcément les plus manchots. Toutefois, les promesses non gagées ou mal justifiées ont un goût de vieille politique. Avec des concurrents plus aguerris, ils devront savoir que la vision de renouvellement ne rimera pas avec espoir de changement.
Si Les Démocrates n’ont d’autre choix que de sortir du bois, on imagine mal que ce soit pour se prêter encore à une aventure victimaire. Assumer l’échec de leur stratégie au mieux et corriger seulement ce qui doit absolument l’être. Tel devrait être la priorité du parti, s’il veut s’assurer des places au parlement. Le récépissé étant acquis, Les Démocrates perdent simultanément leur principale excuse pour ne pas se présenter. Ils sont prêts et ils l’assurent. En dehors de leurs discutables inquiétudes sur la fiabilité de la Liste Electorale Informatisée, ils n’ont aucun alibi pouvant motiver un éventuel boycott du prochain scrutin. S’ils sont capables de donner un sens à leur existence sur l’échiquier politique, il ne tient qu’à eux de le démontrer. Au travail donc, Démocrates. L’heure du triomphe pourrait bientôt sonner. Après tout, on ne peut pas se plaindre si l’on ne s’engage pas et on ne peut pas gagner non plus si on ne s’y prépare pas.

Dios CHACHA



Qui sommes-nous?

Les PHARAONS est  un  quotidien béninois paraissant au Bénin , disponible également dans une  version en ligne.

Fondé depuis 2004, le journal paraît pour la première fois la même année mais s’arrête à 8 numéros seulement.  Il sera repris en 2014  avec une équipe de jeunes journalistes rompus à la tâche.


Contactez-Nous

Appelez à tout moment