Bénin/Politique Le PRD, touché mais pas coulé - Les Pharaons

adrien-houngbedji

Cyrille LIGAN
Acte de foi : Adrien Houngbédji avait juré que le parti arc-en-ciel réapparaitrait dans le ciel politique. C’était il y a un peu plus de trois ans. Visage grave, voix ferme, le leader des tchoco-tchoco délivrait un discours teinté d’optimisme au congrès du Parti du Renouveau Démocratique à Avrankou. Par deux fois entendu, il bottait en touche l’idée de fondre le PRD dans l’un des deux grands blocs de la mouvance. Tombé aux portes du parlement en 2019, Adrien Houngbédji ou le veinard politique, comme certains se plaisent à le nommer, s’est employé sans relâche à gommer les aspérités du PRD et briser le plafond de verre qui l’a fait échouer.

Mais qu’est devenu l’insubmersible navire des tchoco-tchoco ? Poser cette question revient d’abord à mesurer le vide qui s’est creusé au profit du Bloc Républicain ou encore de l’Union Progressiste. Battu par les vagues de réformes politiques depuis 2016, le PRD reste sauf. Même si l’érosion du parti arc-en-ciel est vécue par Adrien Houngbédji comme une humiliation, il faut reconnaitre que la base militante du PRD n’a pas beaucoup évolué. Du moins, pas dans la région de l’Ouémé et du plateau où le PRD peut encore compter sur des fidèles. C’est donc peu dire que de rappeler que lors des législatives de 2019 puis de la présidentielle de 2021, le parti a fait preuve de son ancrage territorial.

Humilié, Adrien Houngbédji ? Pas facile, en tout cas, de trouver sa place en-dessous d’un président qui se tient en surplomb. Et puis, évidemment, un bon entendeur s’aligne. Pour l’instant, l’ancien président de l’Assemblée nationale accepte son fardeau sans broncher. Il assure le spectacle, ce dont sont très friands les politiciens béninois. Au lendemain de la présidentielle de 2021, il a même réussi à faire représenter le PRD au gouvernement. Une nomination inespérée qui fait du parti, l’obligé du président. Qu’à cela ne tienne. Adrien Houngbédji rumine sa défaite, jouant le jeu d’un régime qui en profite aussi.

Aussi accablé et résigné soit-il, le président du PRD est déterminé à ne pas rendre les armes. Au fond, il continue de se penser le meilleur et ne lâche jamais l’idée qu’il anéantira ses adversaires politiques, qu’il prendra sa revanche sur un système qui a cantonné son PRD à la marge. On l’aime ou on le déteste, Adrien Houngbédji a le mérite de croire en la politique, mais plus en encore dans son parti.

Les élections législatives sont l’année prochaine et se veulent déjà importantes. A l’image d’un arc-en-ciel, l’aspect du PRD dépend à la fois de sa position sur l’échiquier et de celle de l’observateur. Certes, Houngbédji a toujours prôné la paix, la concorde et la tolérance. Si la vengeance est un plat qui se mange froid, tout porte à croire qu’Adrien Houngbédji la mangera très congelée en janvier 2023.

Dios CHACHA



Qui sommes-nous?

Les PHARAONS est  un  quotidien béninois paraissant au Bénin , disponible également dans une  version en ligne.

Fondé depuis 2004, le journal paraît pour la première fois la même année mais s’arrête à 8 numéros seulement.  Il sera repris en 2014  avec une équipe de jeunes journalistes rompus à la tâche.


Contactez-Nous

Appelez à tout moment