ALERTE :

    Pourquoi Emmanuel Macron va-t-il rencontrer Patrice Talon au Bénin ? - Les Pharaons

    MACRON_TALON

    Le président français va entamer une visite de plusieurs jours sur le continent africain. Après un voyage au Cameroun, le chef d’État est attendu au Bénin les 27 et 28 juillet prochain. Lors de ce déplacement, Emmanuel Macron échangera avec son homologue béninois Patrice Talon. La question de la lutte antiterroriste dans la région sera au coeur des discussions entre les deux chefs d’État selon l’ancien général français Bruno Clément-Bollée

    Le 13 juillet dernier, à la veille de la Fête nationale, le président français Emmanuel Macron s’est adressé aux armées. Dans un discours depuis le siège du ministère de la Défense à Paris, il a notamment indiqué que l’armée française et tous ses dispositifs en Afrique allaient être repensés. Dix jours après ce discours, Emmanuel Macron va atterrir à Cotonou. Cette restructuration militaire est précisément au cœur de sa visite, comme nous l’explique le Général Bruno Clément-Bollée, ancien directeur de la coopération de sécurité et de défense au ministère des Affaires étrangères. Il est aujourd’hui consultant international et expert de la sécurité en Afrique. Il détaille les enjeux de la visite d’Emmanuel Macron au Bénin.
    C’est le premier déplacement d’Emmanuel Macron au Bénin. Dans quel contexte s’inscrit-elle ?
    Général Bruno Clément-Bollée : Cette visite est attendue, délicate, importante mais avant tout symbolique. Emmanuel Macron va rencontrer le tout nouveau président béninois Patrice Talon. Il est jeune, c’est un ancien homme d’affaires, qui veut donner l’image d’un homme africain moderne. Il a fait des choix pour son pays qu’il assume, il a aussi fait des choix pour le continent africain. Je pense que ce sera aussi l’occasion pour le président Macron d’évoquer la place des entreprises françaises en Afrique.
    Pourquoi le président français fait ce déplacement au Bénin ?
    Général Bruno Clément-Bollée : Il y a quelques jours, Emmanuel Macron s’est adressé aux armées françaises. Il a parlé de la politique militaire en Afrique en disant notamment qu’il fallait la repenser et même changer de paradigme. Cette déclaration a fait les gros titres des journaux africains. Cette visite est donc attendue parce que les Africains attendent de voir quelles seront les annonces concrètes. C’est aussi une visite délicate compte tenu de la situation militaire dans cette zone.
    Le Bénin est au coeur de la lutte anti djihadiste. Comme son voisin le Togo à la frontière nord. Il y a un grignotage des troupes d’Amadou Koufa dans le pays. Le Bénin essaie de contrer cette menace.
    Bruno Clément-Bollée.
    Quelle est cette situation ?
    Général Bruno Clément-Bollée : Nous sommes en plein démontage de l’opération Barkhane. C’est une opération difficile dans un contexte compliqué avec l’État malien. Et ce théâtre n’est pas loin, le Bénin est entre le Togo, le Niger, le Burkina Faso, le Nigeria. Et on est quand même tout prêt du Mali.
    Quelles sont les menaces qui planent sur le Bénin aujourd’hui ?
    G B.C-B : Le Bénin est au coeur de la lutte anti djihadiste. Comme son voisin le Togo à la frontière nord. Il y a un grignotage des troupes d’Amadou Koufa dans le pays. Le Bénin essaie de contrer cette menace. On a bien noté que la France se réorganise du côté du Niger. Et je pense que le président Macron va beaucoup parler avec son homologue de cette réorganisation et savoir comment on pourrait contribuer à renforcer la frontière nord.
    Quelles sont les forces en présence au Bénin pour lutter contre le terrorisme djihadisme ? La France peut-elle jouer un rôle dans la lutte contre le djihadisme dans la région ?
    G B.C-B : Le pays est souverain. Mais je crois que le président Macron va faire comprendre à son interlocuteur qui le comprendra très vite à quel point il peut l’aider dans ce domaine-là. C’est aussi un domaine d’expertise des armées françaises, connu et reconnu. On a bien compris que les choses avaient changé aujourd’hui. Il n’y a plus de partenariat exclusif. Ça fait partie du nouveau paradigme. Beaucoup de nouveaux partenaires sont sollicités, que ça nous plaise ou non. Que ce soit des partenaires avec qui on travaille comme les États-Unis ou des partenaires avec qui on ne travaille pas, comme la Russie.
    La fin de l’exclusivité française marque l’arrivée de nouveaux partenaires en Afrique. Assiste-t-on à une énième étape du déclin de la France en Afrique ?
    G B.C-B : Tout à fait. Mais ce n’est pas parce qu’il y a moins de France visible qu’il y a un déclin de la France. Je crois surtout que les choses sont en train d’évoluer. Et si on n’en prend pas conscience, alors oui, il y aura un déclin de la France en Afrique. Il faut tenir compte de la volonté des peuples africains, de leurs souhaits, en particulier de maîtriser totalement leur destin. Et à ce moment-là, les choses peuvent changer.

    Dios CHACHA



    Qui sommes-nous?

    Les PHARAONS est  un  quotidien béninois paraissant au Bénin , disponible également dans une  version en ligne.

    Fondé depuis 2004, le journal paraît pour la première fois la même année mais s’arrête à 8 numéros seulement.  Il sera repris en 2014  avec une équipe de jeunes journalistes rompus à la tâche.


    Contactez-Nous

    Appelez à tout moment