ALERTE :

    Bénin/Politique A quelques mois des législatives, le BR victime d’une hémorragie - Les Pharaons

    940650260408001615762428

    Cyrille LIGAN

    Le cheval cabré n’a plus de charme. La puissance de ses galops s’amoindrit à mesure qu’il se rapproche du 8 janvier 2023. Jusque ces dernières années, son parcours fut plutôt fougueux, sans être triomphant. Car sur les quatre-vingt-trois sièges du parlement, il n’a pu obtenir que trente-six. A quelques mois de rééditer l’exploit, le cheval montre des signes d’hémorragie. Le parti voit ses rangs se clairsemer dramatiquement. Le coup de poignard de Karamatou Fagbohoun, “psychologiquement déstabilisée par des évènements politiques toxiques”, vient conforter le grand déballage de l’UDBN sur le “rejet manifeste de ses militants” en quête d’intégration dans un parti qui peine à honorer ses engagements.

    Alors que l’UP vient d’être repris en main par Joseph Djogbénou, et que le camp progressiste est en passe de s’agrandir grâce à un accord avec le PRD, les Républicains vivent un climat délétère. Les dissensions s’accumulaient en interne depuis quelques mois, et une première vague de départs avait eu lieu avec en tête le ministre Jean Michel Abimbola. Mais une seconde crise, plus violente, a éclaté cette semaine avec la lettre abrasive de suspension par laquelle l’UDBN a décidé de prendre momentanément ses distances le camp républicain.

    Que s’est-il passé qui puisse expliquer cette déroute annoncée ? Sans doute suffit-il de regarder, d’écouter, de lire le ras-le-bol de certains militants pour comprendre, en partie au moins. Le Bloc Républicain d’aujourd’hui semble ne plus partager grand-chose avec celui d’antan. Pourtant, le leader est resté le même, la ligne politique pareille et l’idéologie intacte. Seulement que le temps passe, les enjeux politiques aussi. Et la routine est un défaut rédhibitoire en politique puisqu’il fait fuir les électeurs, les militants de surcroît. Cette destruction de l’intérieur n’a rien de réjouissant.
    Derrière cette dégringolade, certains observateurs politiques voient, à tort ou à raison, des manœuvres de débauchage de l’UP. Dérouté par les évolutions d’un échiquier politique dynamique, n’osant pas s’affranchir du conservatisme pour faire place à la jeunesse, le BR serait en train de sombrer dans un ‘‘immobilisme politique aggravé par des incertitudes préjudiciables’’ à la santé de ses membres. Les dirigeants du parti font tout pour qu’il en soit ainsi, construisant de la sorte, avec soin et détermination, leur propre déroute au prochain scrutin législatif. Contrairement à 2019 où tout le monde plussoyait à l’idée d’une campagne jouée d’avance, en raison de la non-participation des partis de l’opposition, le BR pourrait être surpris en 2023. Le BR est en train de ruiner ses chances de demeurer un grand parti à l’issue des prochaines législatives. Voilà ce qui est advenu du cheval cabré.

    Dios CHACHA



    Qui sommes-nous?

    Les PHARAONS est  un  quotidien béninois paraissant au Bénin , disponible également dans une  version en ligne.

    Fondé depuis 2004, le journal paraît pour la première fois la même année mais s’arrête à 8 numéros seulement.  Il sera repris en 2014  avec une équipe de jeunes journalistes rompus à la tâche.


    Contactez-Nous

    Appelez à tout moment