ALERTE :

    Bénin/Fusion CNHU-HIA: Le gouvernement balaie du revers de la main le risque de tension entre civils et militaires - Les Pharaons

    CNHU

    <<Qu’on ait fusionné ou non, la question du respect du patient et de la promptitude devrait être réglée d’une manière ou d’une autre parce que quand on vient à l’hôpital on doit être accueilli, on doit être respecté, on doit recevoir les soins. C’est pour cela aujourd’hui que l’ARS a été mise en place>>. C’est par ces mots que le gouvernement béninois par le biais du Conseiller spécial du Ministre de la santé à la médecine hospitalière, Ange Dodji DOSSOU, a balayé du revers de la main toute idée de risque de tension entre civils et militaires. <<Comme je vous le disais, si c’est cela les points forts de l’HIA, nous devons pouvoir copier ces gênes et l’insérer dans le génome de tout le personnel quel que soit son statut. Cela ne va pas monter de tension entre le personnel, non. Le personnel d’hier qui était habitué à un certain comportement qu’on est en train de reprocher doit pouvoir s’aligner sur le meilleur comportement développé par ceux avec qui nous sommes aujourd’hui ensemble dans le même espace pour le même objectif>>, a fait savoir Ange Dodji DOSSOU.

    Sur la question de savoir si les militaires qui vont converger au niveau du CNHU pourront être à la hauteur des normes actuelles, l’invité du jour a laissé entendre qu’il n’y a pas de doute qu’ils ne répondent pas. <<C’est la même blouse que nous portons tous. Il y aura un temps d’adaptation au nouvel espace de soins, mais très tôt ils vont prendre leur marque et pouvoir développer leur talent. Donc c’est une question de soins. Nous sommes le plus souvent formés dans les mêmes écoles même si dans certains pays, il y a les écoles de formation exclusivement pour les militaires>>, explique Ange Dodji DOSSOU. <<C’est l’environnement de travail qui amène le plus souvent à des comportements délétères. Quand cet environnement de travail va être régulé. Quand on va exercer la pression qu’il faut et rappeler aux uns et aux autres leur droit, leur devoir, leur obligation, vous verrez qu’il n’aura pratiquement pas de différence entre un hôpital militaire et civil>>, va conclure le Conseiller spécial du Ministre de la santé à la médecine hospitalière.

    Équipe Pharaons



    Qui sommes-nous?

    Les PHARAONS est  un  quotidien béninois paraissant au Bénin , disponible également dans une  version en ligne.

    Fondé depuis 2004, le journal paraît pour la première fois la même année mais s’arrête à 8 numéros seulement.  Il sera repris en 2014  avec une équipe de jeunes journalistes rompus à la tâche.


    Contactez-Nous

    Appelez à tout moment