ALERTE :

    Profilage, surveillance : Le Bénin sur la liste des pays qui collectent les données personnelles grâce à une Carte Sim - Les Pharaons

    carte sim

    Avec plus de 5,1 milliards d’utilisateurs de téléphones mobiles dans le monde, représentant environ 70 % de la population mondiale, un certain nombre de gouvernements ont envisagé de mettre en œuvre des lois sur l’enregistrement des cartes SIM pour prouver leur identité et collecter les données des utilisateurs, écrit Comparitech . L’enregistrement obligatoire de la carte SIM avec le vrai nom et les détails personnels est nécessaire dans la plupart des pays, mais les gouvernements manquent de transparence en ce qui concerne l’utilisation des données.

    LIRE AUSSI : Habib Niang : “Sonko doit arrêter ce tintammarre, assumer ses erreurs et cesser d’utiliser la jeunesse”

    Comparitech a analysé à quel point les gouvernements peuvent être intrusifs, y compris l’utilisation de la technologie biométrique, comment les données sont stockées et avec qui elles sont partagées, leur utilisation par les forces de l’ordre, combien de temps elles sont conservées et s’il existe une législation sur la confidentialité pour les protéger.

    LIRE AUSSI : Tribunal de Commerce. L’ASECNA obtient la condamnation de TOPEC BF Sarl . Voir le dossier

    Sans surprise, la Corée du Nord se classe parmi les pays avec les pires politiques d’enregistrement de carte SIM, la surveillance gouvernementale et la protection zéro des données. Si les procédures d’enregistrement ne sont pas respectées, la personne est envoyée en prison. Les autres pays sur la liste sont le Liban, qui envisage des contrôles biométriques mais qui n’a pas de lois de protection, le Pakistan, qui utilise les empreintes digitales dans le processus d’enregistrement, tout comme Singapour.

    LIRE AUSSI : Sévérin Quenum à Genève. L’ONU examine la situation des droits de l’homme au Bénin

    Bahreïn, le Bangladesh et la Chine utilisent des empreintes digitales ou des scans faciaux dans le processus d’enregistrement, partagent des données avec les forces de l’ordre sans demander de mandat et stockent des informations pendant une longue période. Les scans faciaux sont obligatoires en Chine et à Singapour lors de l’enregistrement d’un nouveau numéro de téléphone. Les empreintes digitales et une image faciale sont nécessaires lors de l’enregistrement d’un nouveau numéro de téléphone au Nigeria. Avec 50% de part de marché, Singtel, basée à Singapour, a intégré la reconnaissance faciale dans son processus de vérification d’identité.

    LIRE AUSSI : Bénin. Le message envoyé par Patrice Talon aux enseignants

    Des lois sur l’enregistrement biométrique sont actuellement en vigueur en Afghanistan, à Bahreïn, au Bangladesh, au Bénin, en Chine, au Nigéria, à Oman, au Pakistan, au Pérou, en Arabie saoudite, à Singapour, au Tadjikistan, en Tanzanie, en Thaïlande, en Ouganda, aux Émirats arabes unis et au Venezuela. La Jordanie, le Liban et le Libéria sont actuellement au stade de la planification, tandis qu’au Mozambique, les personnes qui n’ont pas de pièce d’identité appropriée peuvent donner des informations sur leurs empreintes digitales.

    LIRE AUSSI : Bénin. Critère d’âge limite pour le concours de recrutement d’auditeurs de justice, La Cour Constitutionnelle prend une décision

    Dans les pays où la biométrie n’est pas encore demandée, une pièce d’identité avec photo est obligatoire, ce qui dans de nombreuses régions comprend des informations d’identification personnelle telles qu’une adresse permanente, la date de naissance, la nationalité et le sexe.

    D’après les recherches de Comparitech, il semble que les gouvernements développent une base de données nationale contenant des informations critiques et privées sur les citoyens, ce qui augmente le risque de surveillance et de profilage des utilisateurs. Les gouvernements peuvent utiliser des cartes SIM pour suivre l’emplacement et les mouvements et toutes les activités en ligne, mais ils peuvent également restreindre le contenu et bloquer la connexion Internet pour certaines personnes. S’il n’y a pas de lois pour protéger les données des utilisateurs, toutes ces informations pourraient se retrouver avec des tiers, mais elles pourraient également être exposées au vol et à l’abus.

     

     


    Qui sommes-nous?

    Les PHARAONS est  un  quotidien béninois paraissant au Bénin , disponible également dans une  version en ligne.

    Fondé depuis 2004, le journal paraît pour la première fois la même année mais s’arrête à 8 numéros seulement.  Il sera repris en 2014  avec une équipe de jeunes journalistes rompus à la tâche.


    Contactez-Nous

    Appelez à tout moment