Monsieur Macron a rencontré Monsieur Kagame à l’Élysée et lors d’une conférence de presse organisée par les deux dirigeants, Monsieur Kagame a déclaré que leurs entretiens avaient porté sur un large éventail de domaines, en grande partie en sa qualité de Président de l’Union Africaine.

Les deux Présidents ont également rencontré les Directeurs Généraux d’une soixantaine de grandes entreprises technologiques mondiales pour discuter de l’innovation et de l’esprit d’entreprise en Afrique.

« Nous avons engagé une série de discussions sur les relations bilatérales et avons eu une conversation intéressante avec les dirigeants d’entreprises participant au sommet « Tech for Good » sur le développement de l’innovation et des entreprises en Afrique, en particulier autour de nos jeunes », a-t-il dit.

Paul Kagame a déclaré que l’Afrique était disposée et prête à soutenir le rôle de la technologie et de la jeunesse dans le développement du continent et du monde en général.

« Ce partenariat présente un nouvel état d’esprit sur la façon dont nous devons aborder collectivement ces problèmes, et il est du devoir de chacun de s’assurer que les résultats de ce partenariat profitent à tous », a-t-il déclaré.

Leurs discussions ont porté notamment sur la situation de la paix et de la sécurité en Afrique, ainsi que sur les possibilités de transformation sociale et économique.

En ce qui concerne la paix et la sécurité sur le continent, les deux dirigeants ont examiné les moyens d’améliorer la situation dans des pays tels que la République Centrafricaine et la région du Sahel.

Leurs entretiens ont également porté sur l’état des relations entre les deux pays qui n’ont pas été dans les meilleurs termes au cours des années, en grande partie en raison de l’implication de la France dans le Génocide de 1994 contre les [Ba] Tutsis.

En ce qui concerne les relations bilatérales, Monsieur Kagame a déclaré que les deux pays devraient jouer leurs rôles respectifs pour s’assurer que la relation soit bénéfique aux deux pays ainsi qu’au continent africain.

« Nous devons continuer à jouer notre rôle respectif en veillant à ce que cette relation soit bénéfique pour les deux pays et aller encore plus loin pour veiller à ce que les intérêts de l’Afrique dans son ensemble soient pris en compte », a déclaré Monsieur Kagame.

Le Président Kagame a également commenté la candidature de Madame Louise Mushikiwabo, Ministre des Affaires Etrangères, au poste de « Secrétaire Général de l’Organisation Internationale de la Francophonie » (OIF), affirmant que le Rwanda était heureux de présenter des dirigeants comme elle pour soutenir les pays africains.

« Le Rwanda a toujours été un membre de la francophonie, nous n’avons jamais cessé. Lorsqu’on nous demande de contribuer et compte tenu du contexte des temps nouveaux, nous sommes heureux de participer en présentant des dirigeants comme Madame Mushikiwabo, pour autant que cela ait le soutien des membres », a-t-il dit.

Monsieur Macron a également exprimé son soutien à la candidature de Mushikiwabo en disant qu’elle répondait non seulement à toutes les exigences du poste, mais qu’elle était également compétente.

L’OIF est une organisation internationale représentant les pays et les régions où le français est une langue coutumière, et où une proportion significative de la population est francophone ou a une affiliation notable avec la culture française.

Les élections sont prévues pour octobre de cette année en Arménie. L’autre candidate connue dans la course est Madame Michaëlle Jean, la titulaire actuelle, une citoyenne canadienne.

Le Président Kagame poursuit sa visite de travail de deux jours aujourd’hui, où, à l’invitation du Président Macron, il assistera à « Viva Technology », un événement technologique qui réunit des startups et des dirigeants du monde entier. Cette année, jusqu’à 50 startups africaines, y compris du Rwanda, présenteront leurs solutions et travailleront avec des incubateurs et des accélérateurs mondiaux.