Aubin Akpohounkè mobilise les artistes autour du Ravip – Les Pharaons