CAN 2019

BÉNIN-GUINÉE : les Écureuils face à l’histoire

Juste HOUNGLA

Le Bénin a surpris l’Afrique du football le mardi 25 juin dernier en tenant tête aux Black Stars du Ghana sur le score de deux buts partout. Ce nul obtenu face au Ghana est pour beaucoup un résultat héroïque. C’est un point de vue discutable, parce que les écureuils avaient les cartes nécessaires pour dompter le Ghana qui a joué en infériorité numérique pendant plus de 40 minutes. Mais l’esprit d’infériorité a animé le Bénin de telle manière que ce match nul est perçu comme une victoire. En tout cas, la page ghanéenne fait partie désormais du passé. Pour le match face à la Guinée Bissau, ce samedi 29 juin, le Bénin doit descendre de son nuage.

Face aux bissau-guinéens, les Écureuils sont attendus devant l’histoire. La Guinée n’est pas une très faible nation de football, mais elle est loin d’être une équipe de référence. De ce point de vue, Michel DUSSUYER et sa troupe doivent battre les Guinéens pour se placer sur la carte de l’Afrique. Et le Bénin dispose des hommes qu’il faut pour écrire un chapitre mémorable, afin de passer un cap.

En dix matchs de Coupe d’Afrique des Nations, les Écureuils ont enregistré huit défaites et deux matchs nuls. La tâche est donc immense, ce soir, face à la Guinée.

Une double tâche attend d’ailleurs le onze national. La première tâche consistera à décrocher une première victoire en Coupe d’Afrique des Nations. Et la seconde mission consistera à mieux se positionner pour une probable qualification.

Les écureuils sont donc face à l’histoire, et l’histoire va retenir la prestation des Béninois ce soir à Ismaïlia.

Le retour de Stéphane SESSEGNON pour ce match doit être une force supplémentaire pour le onze national. Sur le capitaine béninois, se braquent tous les projecteurs en raison de sa qualité, de sa finesse et de son poids technique.

Les Guinéens auront certainement un plan anti-SESSEGNON. Ils vont essayer de réduire son influence dans le jeu. Pour sortir du piège guinéen, il va falloir alors que DUSSUYER ne concentre pas le jeu uniquement autour de l’ancien parisien ; le faire sera une erreur grave et fatale.

La Guinée est une équipe joueuse avec des attaquants qui vont vite balle au pied. Alors, la défense béninoise doit être plus sérieuse, plus appliquée, plus attentionnée pour éviter les erreurs qui peuvent compromettre le destin du onze national à Ismaïlia. Avec SESSEGNON, il n’y a aucun doute que le jeu sera plus fluide en milieu de terrain, ce qui va donner plus de possibilités à POTE et MOUNIÉ de mieux s’exprimer.

Ce match face à la Guinée doit être abordé avec un état d’esprit stable, parce que c’est la rencontre de tous les espoirs, c’est le match de l’histoire béninois.

Le peuple béninois croise sereinement ses bras en attendant 21 heures, quand  la messe sera dite.

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici