Le général Jean-Michel Mokoko écope de 20 ans de réclusion. La sentence a été donnée vendredi 11 mai par le président de la cour criminelle, Christian Oba. Après le verdict, le président de la cour criminelle a ajouté que l’ex-candidat à l’élection présidentielle a trois jours pour se pourvoir en cassation. La cour affirme avoir condamné par contumace à la même peine sept co-accusés dont six Français et un Congolais pour complicité «de l’infraction d’atteinte à la sécurité intérieure de l’Etat». Tous ont été reconnus coupables d’avoir ensemble tenté en 2006, 2007, 2015 ou 2016 de porter atteinte à la sûreté intérieure de l’Etat, « soit dans le but de détruire ou changer le gouvernement, soit en incitant les citoyens à s’armer contre l’Etat congolais ».

Il a fallu deux heures à la cour pour délibérer. Quatre journées d’audience, trois témoins à la barre ont suffi pour condamner les huit accusés à 20 ans de prison. Rappelons au cours des procès, le général Mokoko, ni ses avocats n’ont pris la parole. Le spectacle, permettez-moi de le dire, un peu pitoyable d’un dignitaire de la République qui aura refusé de s’expliquer devant ses juges », a reproché maître Devillers, représentant l’Etat congolais. Une rapidité révélatrice d’un « dossier sans preuve », estime maître Tricaud l’un des avocats français du général.

« Nous considérons que Jean-Michel Marie Mokoko ne peut pas être poursuivi en vertu de son immunité. Il est détenu à la maison d’arrêt d’une manière arbitraire. Cette décision n’a pas de valeur. », a déclaré Maître Jean-Philippe Esseau, l’un des avocats du général Mokoko L’avocat assure que cette stratégie du silence « n’était pas un aveu de culpabilité », mais qu’il s’agissait « des principes de la République. »

Les avocats du général, qui dénoncent un procès politique, ont déjà saisi le comité des Nations unies sur les détentions arbitraires. Ils ont aussi trois jours pour décider de se pourvoir en cassation